L’ETABLISSEMENT DE L’EGLISE

Dans notre dernière leçon, nous avons vu comment l’homme peut commencer une vie nouvelle dans l’Eglise du Christ en recevant le salut de Dieu. Dans cette leçon, nous verrons ce que la Bible dit concernant l’établissement de l’Eglise.

1. Le dessein de Dieu : l’établissement de l’Eglise

La Bible dit que dès « la fondation du monde » et selon « son dessein éternel », Dieu a projeté la venue du Christ et l’établissement de son Eglise (Ephésiens 3 :9-11). On peut juger de l’importance d’un événement par le temps et les efforts que l’on consacre à sa préparation. Aux yeux de Dieu, l’Eglise était si importante qu’il en a projeté l’établissement dès le commencement. Il a entretenu ce projet par des promesses et des prophéties plusieurs millénaires avant sa réalisation (c’est la substance même de l’Ancien Testament). Puis, vinrent les jours du Christ pendant lesquels l’établissement de l’Eglise fut préparé et finalement réalisé au début de l’ère chrétienne.

A- L’EGLISE PROMISE PENDANT L’ERE PATRIARCALE

Durant l’ère patriarcale, la première grande période de l’histoire humaine, Dieu a progressivement dévoilé son « dessein éternel » d’établir l’Eglise, et cela sous la forme d’une promesse : celle de faire d’Abraham et de ses descendants, une grande nation qui serait porteuse d’une grande bénédiction pour toutes les nations de la terre, en la personne du Christ (Genèse 12 :13).

Plus tard, l’apôtre Paul expliquera que tous les hommes de toutes nations peuvent devenir bénéficiaires de cette promesse en devenant membres du corps du Christ, c’est-à-dire de son Eglise (Galates 3 :7-9, 26-29).

B- L’EGLISE PROPHETISEE PENDANT L’ERE MOSAIQUE

Nous avons vu comment Dieu a choisi la nation juive (les descendants d’Abraham) pour introduire le Christ dans le monde. C’est pour le consacrer à cette mission grandiose que Dieu fit du peuple d’Israël un peuple à part, au moyen d’une loi qui lui interdisait de se mêler aux autres nations (Deutéronome 5 :1-3 ; Actes 10 :28). Cependant les prophètes d’Israël ne cessaient d’annoncer qu’un jour Dieu établirait une nouvelle alliance (Jérémie 31 :31-34) et un nouveau royaume qui uniraient tous les hommes de toutes nations au service de Dieu (Psaume 22 :2731 ;110 :1-7). Ces prophéties furent réalisées en Christ et son Eglise. Jésus établit « la nouvelle alliance » (Hébreux 8 :6-13) et commença à régner sur l’Eglise, son royaume (Actes 2 :30-36 ; Ephésiens 1 :19-23 ; 1 Corinthiens 15 :23-26). Les Ecritures parlent souvent de l’Eglise comme d’un royaume (Matthieu 13 :11, 18-19 ; 16 :18-19 ; Colossiens 1 :13 ; Apocalypse 1 :6-9).

Les prophètes avaient également prédit l’époque et le lieu de l’établissement de l’Eglise. Par exemple, Esaïe annonça que « la montagne de la maison de l’Eternel serait fondée dans la suite des temps à Jérusalem » (Esaïe 2 :1-3). L’Eglise est souvent appelée « la maison de Dieu » (1 Timothée 3 :15 ; Hébreux 3 :6). Certains prophètes étaient encore plus précis quant à l’époque qui verrait l’établissement de l’Eglise. Par exemple, le prophète Daniel (2 :1-45). Lisez ce chapitre avec soin avant d’examiner l’illustration ci-dessous et les commentaires qui l’accompagnent.

La statue décrite par Daniel représente 4 puissances mondiales (Daniel 2 :36-40). C’est dans le temps du 4 ème royaume que Dieu devait établir son royaume éternel ou son Eglise (Daniel 2 :44). Quels sont ces quatre grands royaumes ? Daniel identifie lui-même les trois premiers :

  1. Le premier royaume (d’or), c’est le roi Nabucanetsar de Babylone (Daniel 2 :36-38 ; 1 :1).
  2. La seconde puissance (d’argent) (Daniel 2 :32-39) est l’Empire Médo-Perse, clairement désigné au chapitre 5, versets 25 à 31.
  3. La troisième puissance (d’airain) (Daniel 2 :32-39) est spécifiée au chapitre 8, versets 1 à 21, particulièrement les versets 20 et 21. Il s’agit de l’Empire grec. Nous savons que l’histoire profane confirme cette succession historique.

Mais quel est ce quatrième royaume ? La description qu’en donne Daniel 2 :40-43, vérifiée elle aussi par l’histoire, correspond à l’Empire romain : c’est « dans le temps de ces rois » que Dieu devait établir son royaume (Daniel 2 :44).

De ces prophéties, deux points ressortent clairement : c’est à Jérusalem que l’Eglise devait commencer et cela pendant les jours de l’Empire romain. Dieu poursuivit la réalisation de son dessein en envoyant Jésus-Christ pour établir l’Eglise. Jésus vécut sous l’Empire romain (Luc 3 :1).

C- L’EGLISE PREPAREE PENDANT LE VIVANT DU CHRIST

Jésus confirma-t-il les prédictions du prophète selon lesquelles son Eglise ou royaume serait établie en son temps ? Notons d’abord que Jean-Baptiste, le précurseur du Christ, proclama que le « royaume est proche » (Matthieu 3 :2). Peu de temps après, Jésus prêchait le même message ajoutant que « le temps est accompli » (Marc 1 :15). Il confie à ses disciples la mission d’aller prêcher que « le royaume de Dieu est proche » (Matthieu 10 :7). Il leur promit aussi qu’il bâtirait son Eglise (Matthieu 16 :18-19).

Ces textes donnent clairement l’impression que pour Jésus et Jean-Baptiste, l’établissement de l’Eglise était imminent.

Plus tard, d’autres passages bibliques déclarent que « Christ a aimé l’Eglise et s’est donné lui-même pour elle » (Ephésiens 5 :25) ; pour elle, il a versé « son propre sang » (Actes 20 :28).

Ces textes nous montrent avec assez d’éloquence toute l’importance que Dieu attachait à l’Eglise. Pour l’établir, il envoya son Fils unique qui en fit sa propriété au prix de son sang.

Cependant, même après la mort de Jésus, on attendait encore la venue du royaume (Luc 23 :51). Quand donc l’Eglise fut-elle établie ? Jésus avait déclaré à ses Apôtres que le royaume viendrait « avec puissance » et du vivant de certains Apôtres (Marc 9 :1). Il leur avait recommandé ensuite de rester à Jérusalem jusqu’à ce que vienne sur eux cette puissance promise : le Saint- Esprit (Luc 24 :47-49 ; Actes 1 :8).

Récapitulons :

Selon les prédictions de l’Ancien Testament et les promesses de Jésus, le royaume ou l’Eglise devait être établi :

  1. à Jérusalem
  2. pendant l’époque des empereurs romains
  3. du vivant des Apôtres
  4. avec puissance
  5. avec l’Esprit-Saint.

Ces prophéties se sont-elles réalisées ?

D- L’EGLISE ETABLIE : L’ERE CHRETIENNE

Les Apôtres attendirent à Jérusalem que s’accomplissent les promesses concernant le royaume (Actes 1 :4-12). Ce fut le jour de la Pentecôte, une grande fête juive, environ cinquante jours après la résurrection du Christ, que Dieu réalisa miraculeusement toutes les prédictions touchant à l’établissement de l’Eglise.

Ce jour-là, les Apôtres furent remplis du Saint-Esprit et des pouvoirs miraculeux se manifestèrent (Actes 2 :1-11). La Parole de Dieu fut proclamée à Jérusalem. L’apôtre Pierre déclara que « les derniers jours » étaient arrivés (Actes 2 :16-17) ; que par sa résurrection et son ascension jusqu’au trône de Dieu, le Christ avait accompli les prophéties qui l’envisageaient régnant sur le trône de David (Actes 2 :29-36).

Beaucoup de Juifs crurent, se repentirent et furent baptisés et en ce jour-là, 3 000 personnes furent ajoutées à l’Eglise (Actes 2 :37-47). L’Eglise était née. Nous pouvons constater que tous les éléments des prophéties se trouvaient réunis : Jérusalem, les empereurs romains, les Apôtres, la puissance et l’Esprit-Saint.

La naissance de l’Eglise remonte donc au jour de la Pentecôte à Jérusalem, aux environs de l’année 30 (voir la note à la fin de ce cours).

Il est significatif de constater qu’à partir de ce jour-là, il est question du royaume-Eglise comme d’une réalité présente, alors qu’avant la Pentecôte ce n’était qu’une perspective future.

Les Apôtres parleront d’ailleurs de ce jour-là comme du « commencement » (Actes 11 :15). Ils soulignent que Jésus a fait « de nous un royaume » (Apocalypse 1 :6-9), que nous avons « été transportés dans le royaume du Fils de son amour » (Colossiens 1 :13), et que Dieu « nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes avec Jésus-Christ » (Ephésiens 2 :6 ; Apocalypse 5 :9-10). Ils déclarent que Jésus règne à la droite de Dieu (Hébreux 1 :3, 13 ; 1 Corinthiens 15 :22-26) sur l’Eglise (Ephésiens 1 :19-23). Le dessein de Dieu pour l’établissement de l’Eglise était accompli.

Depuis le commencement ce projet était en préparation, constamment alimenté au cours des siècles par les prophètes et les promesses de plus en plus précises. L’Eglise accomplit aujourd’hui la volonté de Dieu. Elle s’achemine vers la perfection qui lui sera accordée dans le ciel (Ephésiens 5 :25-26 ; 2 Pierre 1 :11).

Cette « préoccupation » de Dieu à l’égard de l’Eglise et sa fidèle sollicitude à son égard devraient amener chaque homme à en mesurer toute l’importance.

2. L’intention de Dieu en établissant l’Eglise

Le mot « Eglise » est dérivé du grec « Ekklésia » dont la racine signifie « appeler, convoquer ». Ce terme s’applique parfaitement au peuple que Dieu a appelé hors du monde pécheur à sa lumière (Colossiens 1 :13), selon son dessein éternel (Ephésiens 3 :9-11 ; 2 Timothée 1 :9).

L'ÉTABLISSEMENT DE L'ÉGLISE

Le jour de la Pentecôte, 30 apr. J.-C. (Actes 2:1-4)

PROPHÉTIE
Ésaïe 2:3
Daniel 2:44
Marc 9:7
Luc 24:49; Marc 9:7
Actes 1:8
OBJET DE LA PROPHÉTIE
Jérusalem
L'Empire romain
Contemporains des Apôtres
Avec puissance
Avec le Saint-Esprit
RÉALISATION
Luc 24:47
Marc 1:15
Actes 1:8; 2:14
Actes 1:8; 2:1-14
Actes 2:1-5

Dans la Bible, l’Eglise est envisagée comme un corps, comme une famille, comme un royaume, comme un temple et comme une nation. Une étude de ces différentes images nous aidera à mieux comprendre la nature profonde de l’Eglise, comment et pourquoi elle répond aux intentions de Dieu.

A- L’EGLISE EST L’ENSEMBLE DES SAUVES

Dans la Bible, l’Eglise est appelée le corps du Christ (Ephésiens 1 :22-23), et le Christ est désigné comme le « sauveur du corps » (Ephésiens 5 :23). Il convient donc de dire que l’Eglise est l’ensemble de tous les sauvés. Pendant l’ère mosaïque, la loi de l’Ancien Testament faisait du peuple juif un peuple à part. Les gentils (ou païens), c’est-à-dire toutes les autres nations, n’avaient aucune part aux bénédictions que Dieu accordait à la nation juive (Ephésiens 2 :11-12), mais lorsque le Christ donna sa vie sur la croix, il renversa « le mur de séparation », annulant l’ancienne loi (Ephésiens 2 :14-15) « pour unir en un seul corps » l’Eglise, les sauvés de toutes les nations (Ephésiens 2 :1416). Nous voyons donc que Dieu a envisagé l’Eglise comme une unité dans laquelle tous les sauvés de toutes les nations peuvent jouir des bénédictions spirituelles en Christ (Ephésiens 3 :4-6 ; 1 :3).

Dieu ajoute ainsi à son Eglise quiconque rend obéissance à l’Evangile du salut (Actes 2 :41, 47).

Par conséquent, la foi et le baptême sont non seulement nécessaires au salut (Marc 16 :16), mais constituent aussi les conditions d’intégration au corps du Christ, c’est-à-dire à l’Eglise (1 Corinthiens 12 :13 ; Galates 3 :26-27).

B- L’EGLISE EST UNE FAMILLE EN COMMUNION

L’Eglise est appelée « à la communion de Jésus-Christ » (1 Corinthiens 1 :9). Elle est la famille de Dieu. Dieu en est le Père (Matthieu 23 :9) ; Christ est le Fils « premier-né entre plusieurs frères » (Romains 8 :29), et tous les membres de l’Eglise sont enfants de Dieu (Romains 8 :14-16). C’est par la foi et le baptême que l’on fait partie de la famille de Dieu (Galates 3 :26-27). Dans cette famille les chrétiens s’adressent à Dieu librement dans leurs prières comme à leur Père (Matthieu 6 :8-13), et s’aiment les uns les autres comme des frères (1 Jean 4 :20 ;5 :2). Les membres de l’Eglise se réjouissent dans cette communion les uns avec les autres et veillent à ce que personne parmi eux ne soit dans le besoin (Actes 2 :44-47).

Ils portent aussi les fardeaux les uns des autres, soutiennent celui qui est faible et aident à relever celui qui est tombé (Galates 6 :1-2 ; Jacques 5 :16, 19-20).

Il est aisé de percevoir l’intention de Dieu en envisageant l’Eglise comme une famille où l’on est en communion.

C- L’EGLISE EST UN ROYAUME DE SERVITEURS

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, l’Eglise est aussi le royaume du Christ (Colossiens 1 :13). Ce royaume n’est pas de ce monde ; il est spirituel (Jean 18 :36 ; Luc 17 :21). Il se compose des sauvés de « toute langue, de tout peuple et de toute nation » (Apocalypse 1 :5 ; 5 :9-10 ; 7 :9). Les chrétiens en tant que serviteurs dans le royaume, doivent laisser Christ régner dans leur vie (Matthieu 6 :33). Les membres de l’Eglise servent le Christ en servant leur prochain.

Collectivement ou individuellement, ils aident les indigents (Matthieu 25 :35-40), « pratiquent le bien envers tous » (Galates 6 :10), et font connaître à tous les hommes l’Evangile du salut (Marc 16 :15 ; Actes 8 :1-4).

C’est pour qu’il soit une bénédiction au monde entier que Dieu a établi ce royaume de serviteurs (Matthieu 5 :14-16).

D- L’EGLISE EST UN TEMPLE D’ADORATION

L’Eglise est aussi envisagée comme le temple spirituel de Dieu et son sanctuaire (Ephésiens 2 :19-22). Autrefois, sous l’économie de l’ancienne loi, le temple était un véritable édifice érigé à Jérusalem. L’Esprit de Dieu habite dans l’Eglise en faisant sa demeure dans le cœur de chaque chrétien (1 Corinthiens 3 :16 ; 6 :19). Parce qu’ils forment une Eglise ou un temple, tous les chrétiens sont des sacrificateurs ou prêtres (Apocalypse 1 :6). Ils adorent Dieu en lui offrant des « victimes spirituelles » (1 Pierre 2 :5-9 ; Hébreux 13 :15-16). Chaque chrétien a désormais accès à la présence de Dieu, par le Christ, seul médiateur et seul souverain sacrificateur (Hébreux 4 :15-16 ; 1 Timothée 2 :5).

E- L’EGLISE EST UNE NATION SAINTE

L’Eglise est aussi appelée « nation sainte » (1 Pierre 2 :9). Dieu veut que ses enfants soient saints car Il est saint (1 Pierre 1 :15). La sainteté (ou sanctification) suggère une séparation volontaire de tout ce qui est impur et souillé par le péché. C’est dans ce sens que la Bible appelle chaque membre de l’Eglise « un saint », car il a rompu avec le mal et s’abstient de tout ce qui est péché (1 Corinthiens 1 :2 ; 6 :9-10 ; Philippiens 1 :1).

Les membres de l’Eglise qui vivent dans le péché doivent être avertis par le reste de l’Eglise. S’ils persistent dans leur désordre et ne veulent pas se repentir, l’Eglise doit se séparer d’eux (1 Corinthiens 5 :1-13 ; 2 Thessaloniciens 3 :14). Dieu a voulu que l’Eglise soit pure et sans tache (Ephésiens 5 :27), un flambeau de vérité, de droiture et de pureté dans un monde mauvais (Philippiens 2 :15).

Ce que Dieu a voulu réaliser en établissant l’Eglise est clair. Former un corps composé de tous les sauvés qui, unis dans une même communion bénie, servent le Christ, adorent Dieu et se sanctifient.

CONCLUSION

Ce projet était dans la pensée de Dieu depuis le commencement. Les promesses et les prophéties de l’Ancien Testament annoncent l’établissement de l’Eglise. Puis, Dieu envoie son Fils qui donne sa vie pour elle. Il envoie aussi le Saint-Esprit pour guider les Apôtres tandis qu’ils l’établissent et la font connaître dans le monde entier.

Mais ce qui est surtout admirable, c’est le but que Dieu a voulu atteindre en établissant l’Eglise ; car c’est dans l’Eglise seulement que tous les sauvés peuvent s’unir pour accomplir le dessein éternel de Dieu à l’égard du genre humain, à savoir : recevoir les bénédictions du salut, connaître la communion fraternelle, servir, adorer et vivre à la gloire de Dieu. Aussi n’est-il pas surprenant que la Bible s’exclame : « A Lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ dans toutes les générations, aux siècles des siècles. » (Ephésiens 3 :21).

Par la préparation dont elle a été l’objet et l’intention qui a présidé à son établissement, l’Eglise est vraiment la plus importante institution sur la terre.

C’est donc un sujet que l’on ne saurait négliger. Il mérite toute notre attention. Aussi, les prochaines leçons développeront-elles plus amplement encore quelle est la volonté de Dieu à l’égard de l’Eglise du Christ.


NOTE :

Pourquoi dit-on dans ce cours que Jésus est mort et que l’Eglise a été établie en l’an 30 après Jésus-Christ, quand tout le monde sait que Jésus est mort à 33 ans ?

Au moment de la naissance de Jésus, on calculait le temps à partir de l’année de l’établissement de la ville de Rome. Au sixième siècle, à la demande de l’empereur Justin, un moine, Dionysius Exiguus, a rédigé un nouveau calendrier qui comptait le temps à partir de la naissance de Jésus-Christ, pour remplacer le calendrier romain. Plus tard, on découvrit que Dionysius avait fait une erreur en plaçant la naissance de Jésus en l’an 753 du calendrier romain, événement qui eut lieu entre 749 et 750. D’où ce léger décalage.