L’AVENEMENT DU SEIGNEUR

Jésus est déjà venu une fois dans le monde pour nous apporter le salut, établir son Eglise et enfin nous révéler sa volonté à travers les Ecritures. La Bible dit aussi que Christ reviendra une seconde fois (Hébreux 9 :28).

Mais quand viendra-t-il ? Comment viendra-t-il ? Pourquoi viendra-t-il ?

Cette leçon présente les réponses de la Bible à ces importantes questions.

1. Quand Christ reviendra-t-il ?

La Bible nous enseigne deux choses concernant la seconde venue du Christ :

  1. La certitude qu’il peut revenir à n’importe quel moment.
  2. L’incertitude en ce qui concerne l’époque exacte de son retour.

A- LA CERTITUDE QUE CHRIST PEUT REVENIR A N’IMPORTE QUEL MOMENT

L’Eglise, à travers les siècles, s’attendait toujours au retour du Christ d’un moment à l’autre. Pourquoi ? Parce que même dans le courant du 1er siècle, la seconde venue du Christ était considérée comme proche. « …l’avènement du Seigneur est proche […] le juge est à la porte. » (Jacques 5 :8-9). « Le Seigneur est proche. » (Philippiens 4 :5). « Encore un peu de temps - bien peu ! Et celui qui doit venir viendra, il ne tardera pas. » (Hébreux 10 :37). A Jean, Jésus dit : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi pour rendre à chacun selon son œuvre » (Apocalypse 22 :12).

De toute évidence, l’Eglise du 1er siècle vivait dans la certitude de voir le Christ revenir à tout moment. Si donc le retour du Christ était considéré comme proche en ces débuts de l’Eglise, à plus forte raison, ce retour est-il plus près de nous à notre époque. On se demande cependant comment cette idée de retour imminent du Christ a pu tenir pendant 20 siècles !

La réponse de l’apôtre Pierre aux railleries et aux moqueries des incrédules de son temps qui mettaient ouvertement en doute le délai du retour du Seigneur, est la meilleure explication qui soit : « … pour le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. » (2 Pierre 3 :3-8). Pour Dieu, le temps qui passe n’est rien. Les deux mille ans qui viennent de s’écouler depuis la promesse faite par Christ de revenir représentent tout simplement symboliquement deux jours sur le calendrier de Dieu ! C’est un peu comme par un clair matin, lorsqu’on aperçoit dans le lointain une haute chaîne de montagnes, la netteté des reliefs est telle qu’il semble possible de la toucher de la main. De même, sur le plan spirituel, l’événement majeur du retour de Christ dans le futur domine toute autre considération et apparaît toujours comme très proche. Que ce soit au dernier 2 siècle ou au 21ème siècle, pour un esprit profondément chrétien, rien n’est plus fort et plus vrai que cette extraordinaire affirmation : « Le Seigneur est proche ! »

B- L’INCERTITUDE DE L’EPOQUE DU RETOUR DU CHRIST

Bien que le Seigneur puisse revenir à n’importe quel moment, il est bien certain que personne ne sait exactement la date de ce retour. Jésus affirme catégoriquement : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. » (Matthieu 24 :36). S’adressant particulièrement à ses disciples, Jésus dit : « C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. » (Matthieu 24 :44).

Paul pensait qu’il était superflu de discuter inutilement à ce sujet puisqu’il est bien établi que le retour du Christ sur la terre sera soudain. « Vous ne savez ni le jour, ni l’heure ! » Dans 1 Thessaloniciens 5 :1-3, Paul fait remarquer que « le jour du Seigneur viendra comme un voleur… »

Malgré tous ces avertissements pleins de sagesse s’élevant contre l’établissement d’une date précise concernant le retour du Christ, il y a toujours eu des hommes qui, passant outre, ont la hardiesse de fixer une date ! Par exemple, William Miller, un des précurseurs des Adventistes du Septième Jour, prédit que le Christ reviendrait en 1844. En 1844, il repoussa la date à 1845, puis finalement abandonna, ne pouvant faire autrement. Plus tard, Charles Russel, un des fondateurs des Témoins de Jéhovah, affirma que le Christ serait de retour en 1914. Le Seigneur n’apparaissant pas, il jugea prudent de reculer la date à 1918. J. F. Rutherford, le successeur de Russel, dans son livre « Les vivants qui jamais ne mourront » avance audacieusement que Christ reviendra au cours de son existence. Rutherford est mort depuis mais le livre est resté, attestant combien il est vain et déplacé de vouloir absolument fixer la date précise du retour du Christ.

Matthieu 24 :1-36 est très souvent utilisé par certains pour appuyer leurs diverses théories à ce sujet. Les guerres, les famines, les tremblements de terre mentionnés dans ce passage sont présentés comme se rapportant spécialement à notre époque moderne. Cependant, l’étude sérieuse de ce passage montre au contraire que les signes annoncés se réfèrent à la période qui précède la destruction de Jérusalem en l’an 70 (Lire attentivement Matthieu 24 :1-2, 16, 20 et le passage parallèle dans Luc 21 :20-24).

Jésus affirme catégoriquement que ces signes trouveront leur accomplissement au cours du 1er siècle et que la génération de cette époque en sera le témoin (Matthieu 24 :34). Jésus ne dit pas qu’il reviendra durant la génération du 1er siècle, mais « aussitôt après la destruction de Jérusalem » (Matthieu 24 :29-31). L’expression « aussitôt après » est expliquée dans le verset 33 dans le sens de « proche, à la porte ». Comme nous l’avons appris plus haut, la seconde venue du Seigneur est restée depuis toujours proche : « le juge est à la porte » (Jacques 5 :9). Ainsi, immédiatement après la destruction de Jérusalem, en 70 de notre ère (ce qui, pour Dieu peut être 2 jours ou 2 000 ans – 2 Pierre 3 :8), le retour du Christ a été et reste encore le grand événement à se réaliser. Quant à savoir le moment exact de sa réalisation, répétons-le encore, personne, absolument personne ne le sait.

L’incertitude qui se prolonge quant au moment de l’événement et en même temps la certitude de sa proximité constante ont permis à l’Eglise, au cours des siècles passés, de se trouver dans un perpétuel état de vigilance : « Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. » (Matthieu 24 :42, 44). Cette manière d’être vigilant ne veut pas dire qu’il faut perdre son temps à scruter le ciel constamment ou bien à essayer de déterminer le jour, le mois et l’année de ce formidable événement (1 Thessaloniciens 5 :1-8).

Les chrétiens, bien au contraire, savent qu’il faut, chaque jour de leur vie, pratiquer les vertus conformes à la volonté de Dieu, afin d’être toujours trouvés prêts quand le Seigneur reviendra (Matthieu 24 :44-51 ; 25 :1-13 ; 2 Pierre 3 :10-14).

Mais saurons-nous qu’il est de retour ?

2. Comment Christ reviendra-t-il ?

Certains enseignent que le retour du Christ s’effectuera en secret. Par exemple, les Témoins de Jéhovah, après avoir annoncé le retour du Christ en 1914, puis en 1918, décidèrent que, tout compte fait, celui-ci reviendrait tout de même en 1914 mais apparaîtrait secrètement devant quelques personnes privilégiées !

La Bible, pourtant, nous met nettement en garde contre les prétendues apparitions du Christ en secret (Matthieu 24 :27). Jésus, lui-même, nous explique : « Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. » (Matthieu 24 :27). Chacun peut voir un éclair déchirer les nues de n’importe quelle direction ; ainsi, chacun pourra également voir le retour du Christ.

Certains groupes religieux prétendent que le Christ rassemblera seulement les justes en un endroit merveilleux et secret que les injustes ne pourront même pas voir. La Bible, elle, nous dit : « toutes les tribus » (Matthieu 24 :30), « toutes les nations » (Matthieu 25 :32), les justes et les injustes, verront le Seigneur rassembler ses élus (Matthieu 24 :30-31). Jean s’exclame avec force : « Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé » (Apocalypse 1 :7). « Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel » (1 Thessaloniciens 4 :16). Les étoiles tomberont du ciel et les puissances de l’univers seront ébranlées. « …Toutes les tribus de la terre […] verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. » (Matthieu 24 :29-31). Toutes les nations de la terre seront ainsi rassemblées et assisteront au retour glorieux du Christ.

Pourquoi reviendra-t-il ?

3. Pourquoi le Christ reviendra-t-il ?

La Bible nous dit que le Christ reviendra d’abord pour remettre son royaume à Dieu, ensuite pour ressusciter les morts et enfin pour rendre le jugement dernier.

A- LE CHRIST REVIENDRA POUR REMETTRE LE ROYAUME A DIEU

Concernant le retour de Jésus, Paul explique : « Ainsi viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. » (Corinthiens 15 :24). Ainsi, le Seigneur reviendra non pas pour établir son royaume mais pour remettre celui-ci à Dieu, plusieurs passages nous enseignent nettement que le Christ règne déjà sur le royaume qu’il a fondé.

Comme l’a déjà fait remarquer la leçon n° 6, l’Eglise et le royaume ont la même signification, l’un et l’autre sont identiques dans ce monde. Le Christ a fondé son royaume au 1er siècle (Marc 1 :15 ; 9 :1 ; Actes 2 :30-36 ; Colossiens 1 :13 ; Apocalypse 1 :6-9).

En conséquence, le Seigneur a commencé à régner le jour de la Pentecôte qui marque précisément la fondation de son Eglise ou royaume (Actes 2 :30-35). L’apôtre Paul nous dit qu’il faut que le Christ règne avant que la mort soit détruite (1 Corinthiens 15 :25-26). Un peu plus loin, il ajoute que la mort sera détruite le jour où le Christ viendra ressusciter les justes (1 Corinthiens 15 :52-57). Par conséquent, Christ doit régner avant sa venue et non pas après contrairement à ce que certains enseignent à tort, hélas !

Après la résurrection de son Fils, Dieu, par la seule vertu de sa force a voulu que celui-ci « s’assoie à sa droite, dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité et de tout nom qui se peut nommer. » (Ephésiens 1 :20-21). Le Christ restera ainsi à la droite du Père, jusqu’à ce que tous ses ennemis soient hors d’état de nuire et c’est seulement à ce moment-là qu’il cessera son règne (Hébreux 1 :13). Ainsi, en notre époque contemporaine, le Seigneur domine au milieu de ses ennemis (Psaumes 110 :2), comme prince des rois de la terre (Apocalypse 1 :5). Il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs (1 Timothée 6 :15). Il a voulu que les citoyens de son royaume (les membres de son Eglise) soient une race élue, un sacerdoce royal, des sacrificateurs pour Dieu, son Père (Apocalypse 1 :6 ; 1 Pierre 2 :9). Paul dit : « il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ » (Ephésiens 2 :6). Dans ce sens précis, les chrétiens sont assis et règnent spirituellement avec Lui maintenant pour une période de temps représentée en Apocalypse 20 :4 par « mille ans ». Jésus dit bien que son royaume n’est pas de ce monde (Jean 18 :36), mais que c’est strictement un royaume spirituel qui est présent parmi les hommes (Luc 17 :21).

Quand le Christ remettra le royaume à son Père, dès son retour, alors les élus règneront avec Lui dans sa gloire, non plus pour une période limitée représentée symboliquement par les mille ans cités plus haut, mais ils règneront « dans les siècles et des siècles », c’est-à-dire éternellement (Apocalypse 11 :15 ; 22 :5 ; 2 Timothée 2 :12).

B- CHRIST VIENDRA RESSUSCITER LES MORTS

Souvenons-nous que tous, sans exception, y compris les injustes qui sont déjà morts, verront de leurs yeux le retour glorieux du Christ (Apocalypse 1 :7). Cela sera possible parce que « l’heure vient où tous ceux qui sont dans des sépulcres entendront sa voix et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement ». (Jean 5 :28- 29). Il est important de noter que tous ceux qui sont morts, aussi bien les justes que les injustes, ressusciteront au même moment, à la « même heure ». Les injustes qui, dans les temps anciens avaient, durant leur vie, subi une peine quelconque en raison de leur mauvaise conduite, seront, eux aussi, présents ce jour-là (Matthieu 11 :21-24). Ceux qui se repentirent à l’époque de l’Ancien Testament, se lèveront face à face avec les Juifs injustes qui condamnèrent Christ (Luc 11 :32).

Paul dit qu’il y aura une résurrection des justes et des injustes (Actes 24 :15). Il précise bien : une résurrection et non pas deux résurrections.

Les théories religieuses compliquées et maladroitement échafaudées essayant de nous faire croire qu’il y aura deux résurrections (la résurrection des justes séparée de celle des injustes par une période de mille ans), sont totalement fausses et doivent être rejetées énergiquement. Ces théories humaines sont en complet désaccord avec la vérité tranchante des Ecritures. La résurrection des injustes est décrite d’une manière saisissante dans Apocalypse 20 :12-15. En ce qui concerne les justes, la Bible nous enseigne que les chrétiens morts se lèveront les premiers ; puis, réunis aux chrétiens encore vivants, tous ensemble, ils iront à la rencontre du Seigneur. « Nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (1 Thessaloniciens 4 :15-17). Ailleurs, Paul explique que les corps ressuscités des justes ne seront pas physiques, matériels, mais spirituels et glorieux (1 Corinthiens 15 :42-53). Paul déclare nettement que les corps ressuscités ne seront pas faits de chair et de sang (1 Corinthiens 15 :50). Nous devons dire avec l’apôtre Jean : « Ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. » (1 Jean 3 :2).

Mais pourquoi le Christ viendra-t-il ressusciter les morts ?

C- CHRIST VIENDRA FINALEMENT JUGER TOUS LES HOMMES

Le Seigneur viendra ressusciter tous les morts afin que se réalise ce qui a été promis :

« Nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu […] Tout genou fléchira […] chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. » Romains 14 :9-12).

Le jugement du Christ sera essentiellement rendu en fonction des actions de l’homme au cours de sa vie. « Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait étant dans son corps. » ( 2 Corinthiens 5 :10). Il faut bien se pénétrer de l’idée que l’homme sera jugé uniquement d’après ses actions, étant dans son corps, non pas en dehors ni après la mort. L’homme sera jugé, répétons-le, car c’est important, d’après ce qu’il aura fait personnellement au cours de sa vie terrestre. « Et chacun fut jugé selon ses œuvres. » (Apocalypse 20 :13). La Bible ne mentionne nulle part l’exemple d’une personne qui pourrait, au jugement dernier, bénéficier des bonnes actions d’une autre personne. Ce serait, on le comprend aisément, en contradiction totale avec la justice parfaite de Dieu.

Du fait que chacun d’entre nous sera jugé selon ses œuvres personnelles, les vivants ne peuvent, en aucune manière, changer la destinée de ceux qui sont déjà morts. Les morts eux-mêmes ne peuvent plus rien changer à leur condition et la théorie selon laquelle ils ont la possibilité de séjourner dans un lieu de transition appelé purgatoire afin de « s’améliorer » et d’être comptés, plus tard, parmi les élus, est une idée ridicule et dangereuse. En Luc 16 :19-31, Jésus décrit Hadès (les enfers), le lieu de séjour des âmes qui attendent la résurrection dans un état fixe qui ne peut être changé. Dans la parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare, ce dernier mourut et se retrouva dans cette partie d’Hadès appelée « le sein d’Abraham » (Luc 16 :22) ou encore « paradis » où le Christ, lui-même, se retrouva après sa mort (Luc 23 :43-46 ; Actes 2 :31). L’homme riche mourut lui aussi et rejoignit une autre partie d’Hadès appelée « lieu de tourments » (Luc 16 :23 ; 2 Pierre 2 :4-9). Cet endroit est séparé du sein d’Abraham par un grand abîme afin qu’il n’y ait aucune transition possible entre l’un et l’autre endroit (Luc 16 :26). Après la mort, l’esprit de l’homme continue de vivre (Matthieu 10 :28) mais sa destinée est irrémédiablement scellée. « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. » (Hébreux 9 :27).

Au jugement dernier, Christ séparera les justes des injustes ; « il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs. » (Matthieu 5 :22 ; 10 :28). Aux injustes, Christ dira : « Retirez-vous de moi, maudits, allez tous dans le feu éternel. » (Matthieu 25 :41). Ce lieu de tourments définitif appelé la géhenne (Matthieu 5 :22 ; 10 :28) sera une terrible punition comparable à la plus pénible des afflictions de cette vie, une brûlure intense. C’est là qu’il y aura « des pleurs et des grincements de dents » (Matthieu 25 :30). La géhenne des injustes sera aussi éternelle que le ciel destiné aux justes. Ceux qui auront fait le mal subiront « une destruction éternelle » (2 Thessaloniciens 1 :9), supporteront « un châtiment éternel » (Matthieu 25 :46), là où « le feu ne s’éteint point » (Marc 9 :43-44).

Tous ceux qui seront jetés dans « l’étang de feu et de soufre seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles » (Apocalypse 20 :10).

Christ invitera ses fidèles à entrer dans le royaume des cieux afin qu’ils reçoivent leur récompense éternelle. Certains avancent que seulement quelques-uns parmi les justes pourront y entrer alors que les autres, c’est-à-dire la majorité, ne peuvent espérer qu’une nouvelle existence sur une terre renouvelée où ils continueront à vivre et à se marier, comme nous le faisons actuellement, mais avec davantage de bénédictions. La Bible est pourtant très précise : elle dit que cet univers matériel sera entièrement détruit. « La terre avec les œuvres qu’elle contient sera consumée. » (2 Pierre 3 :10-11). Les cieux eux-mêmes sont décrits comme « de nouveaux cieux et une nouvelle terre », une nouvelle habitation (2 Pierre 3 :13 ; Apocalypse 21 :1) et non pas dans le sens de deux séjours entièrement différents et séparés.

La beauté, la gloire, la pureté et l’éternité de cette ville bénie, éclairée par la présence de Dieu et de Christ représentent pour tous les chrétiens le but suprême à atteindre. C’est cette patrie céleste que le peuple de Dieu attend patiemment avec confiance et pour laquelle il mène, chaque jour, un bon et difficile combat (Apocalypse 21 :23).

CONCLUSION

Bien qu’aucun homme ne puisse en fixer la date, le retour du Christ, par comparaison, est plus certain que le lever du soleil demain. Cet extraordinaire événement peut se réaliser demain ou dans cent ans ou même encore dans les cinq prochaines minutes. Qu’importe le jour et l’heure, le principal étant d’être toujours prêts et vigilants de manière à rencontrer le Seigneur, dans les conditions les plus favorables pour des chrétiens dignes de ce nom.

Aujourd’hui, en cet instant même, Dieu offre à tous le salut. Plus tard, au retour de Jésus-Christ, Dieu offrira aux élus de son Fils cette patrie céleste dont nous avons parlé plus haut. C’est aujourd’hui que nous pouvons obéir de notre plein gré à l’Evangile de Christ. Demain, tout sera différent car seuls ceux qui auront pratiqué la justice et la vérité selon Dieu verront s’ouvrir devant eux les portes du Royaume. Quant aux autres qui auront choisi librement de renier le Seigneur pendant leur vie terrestre, ils verront ces mêmes portes se fermer inexorablement malgré les cris et les plaintes (2 Thessaloniciens 1 :8 ; Matthieu 25 :10).